Petite histoire pleine de symboles

Le divin devin vint ; aviné avisé, prit le pain sans levain puis leva le vin sans le pain. Mari d’une Marie, il les maria marré et tout démarra.

Depuis le bord de l’eau, visant les avisés pêcheurs il les apostrophait (ouvrez les guillemets) : « Passée l’ère des poissons, vous cesserez de pécher, et boirez du Bordeaux ou du Saint Émilion, aidés de saints par millions », puis il les mena à la baguette (pas trop cuite).

C’est ainsi que la France, fille aînée de l’Église, aimanta aimante un De Gaulle à la Gaule, des François aux français et un François aux romains (délaissés benoîtement lors d’une saint Romain). Le Verbe prit chair et prit cher, mais ses chers prièrent (emballés), passèrent serpillière (et balai), et nettoyèrent sa tanière sacrée par une nuit sacrément étoilée.

Vint le jour où les abeilles fuyaient, les abbayes fermèrent, et les fermiers ébahis remuèrent ciel et terre, car préférant faire pousser que pousser des quatre fers, pelletant haletants il avaient appelé de leurs vœux ce qui pourtant de tout temps vivait sous leurs yeux.

Vous n’avez pas idée d’où Dieu, bien décidé à ne pas décéder, a caché son cachet 🙂

Publicités

3 réflexions au sujet de « Petite histoire pleine de symboles »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s