Vivre la vie des autres

La vie en ce monde est une quête personnelle, dont le défi est de construire son histoire selon sa propre vision de ce qui importe.

Comment cette vision, propre à chacun, se construit-elle ? L’expérience, l’analyse, la compréhension, l’approfondissement de ce qui nous fait « vibrer ».

Mais qu’est-ce qui nous fait vibrer ?

Est-il vraiment utile de poser la question lorsque l’on observe l’état de notre civilisation ? S’attend-on à des réponses surprenantes alors que nous avons tout sous les yeux ?

Les désirs sont imprimés par toutes les images que l’on vous impose et que vous avalez comme des vérités n’acceptant pas d’alternatives.

Ainsi, vous allumez votre télévision et la grande manipulation commence. Vous vous croyez critique quant à ce que vous regardez, vous vous estimez assez malins pour ne pas vous laisser prendre au piège.

Mais vous voulez posséder un logement alors que vous avez déjà un toit, qu’il soit « bien » décoré comme ces images de rêves artificiels que Stéphane Plaza et Valérie Damidot vous présentent tout sourire. Vous voulez cuisiner aussi bien que dans Top Chef (peut-être possédez-vous un Thermomix, peu importe que vous l’utilisiez ou non), chanter aussi bien que dans The Voice, mettre vos possessions à l’abri parce que c’est la crise, et vous protéger de tous les dangers que vous avez « vus à la TV ».

Vous vous sentez obligé de choisir entre la gauche et la droite alors qu’elles font la même chose tour à tour, entre être pour ou contre le mariage homosexuel alors que ça ne vous concerne pas, entre telle ou telle religion alors qu’elles tentent toutes d’approcher le même Dieu (mais « si c’est la mienne c’est que c’est la meilleure » – et rien ne saurait vous faire dévier de ce que l’on vous vend, littéralement, pour des vérités, surtout pas les démonstrations factuelles proposées par ces fous qui ont osé chercher la logique, examiner toute chose et ne retenir que le meilleur). Vous acceptez les stéréotypes sans vous demander un seul instant si ce ne sont pas des exceptions dont on profite pour vous inculquer des préjugés. L’Islam est une religion de terroristes, le Judaïsme une religion d’exploitation des goys, le Christianisme une religion de coincés du cul qui répètent inlassablement que, grosso modo, toute la Vie est un péché.

Quel est le pourcentage de terroristes parmi les musulmans ? Le pourcentage de gens pleins de jugement parmi les chrétiens ? La proportion de comportements méprisants parmi les juifs ?

Quel est le pourcentage d’assassins de la route parmi les consommateurs d’alcool ou de cannabis ? Avez-vous déjà cherché à connaître le nombre de gens qui ont eu des expériences positives avec des substances psychédéliques ? Entendez-vous souvent que quelqu’un a compris l’Univers et Dieu en prenant du LSD ou je ne sais quoi qui l’a amené à constater l’évidence, que tout ne fait qu’Un ? Non, vous ne l’entendez jamais. Est-ce parce que ça n’arrive jamais ? Franchement ?

Mais on vous a appris à avoir peur. D’un maximum de choses. De tout ce qui n’est pas comme vous. De ce que vous ne connaissez pas. De tout.

De la « mort ».

De Dieu.

Vous regardez des fictions (ou le 20h) mettant en scène des gens qui s’affrontent, se battent, s’entretuent, soi-disant pour une « bonne cause », et vous trouvez cela normal, c’est de l’information ou du divertissement (à ce stade ça n’a plus d’importance). Les images de guerre et de violence sont votre quotidien et vous ne trouvez rien à y redire, par contre si l’on a le malheur de vous présenter des images de gens qui s’aiment, c’est tout de suite incorrect, honteux, immoral, obscène.

Obscène de faire l’Amour, normal de faire la guerre.

Ce monde me file la gerbe.

Pour vous, la compétition est normale. La tendance à tout vouloir catégoriser, juger, mettre dans des cases ou sur des échelles vous semble naturelle. Il faut comparer les aptitudes des enfants avec des notes. Il faut comparer les métiers des adultes avec des salaires et ce qu’ils permettent de posséder. Il faut courir, toujours plus loin, toujours plus vite, sans jamais se retourner et voir si l’on ne laisse pas son prochain sur le bord du chemin. L’important c’est d’avancer, d’évoluer, avoir toujours plus, plus cher, plus beau, plus neuf, plus à soi. Vous êtes persuadé que ce que vous serez dépendra de ce que vous aurez. Vous imaginez le bonheur avec des enfants ? Très bien, du coup vous voulez avoir des enfants pour être heureux. Envisageriez-vous d’attendre d’être heureux pour avoir des enfants ? Ils grandiraient bien mieux, pourtant…

Jetez votre télévision. Cherchez la Vérité au lieu de l’attendre ou d’admettre celle de quelqu’un d’autre. Vous la trouverez.

Mais si vous ne la cherchez pas, vous ne la trouverez pas.

Jamais.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Vivre la vie des autres »

  1. La soif de vérité n’est pas donnée à tout le monde. On leur a fait croire que l’eau vive était dangereuse. Ca demande un tout petit peu de courage de sortir de la caverne de Platon. « L’eau n’est pas pour la coupe mais pour ceux qui ont soif » Dialogues avec l’Ange

  2. :a l’heure où tout est grisâtre , le ciel comme les infos , il devient presque insolent de vouloir faire l’apologie du bonheur , de la couleur, de vouloir partager de belles choses , de redonner a l’humain l’envie de vivre …sait on encore s’émerveiller du sourire d’un enfant ,tellement on est habitué a voir des petits africains souffrir …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s